Le Flâneur // Bill Coleman

Description

Année de création : 2020

90 à 120 min

Un danseur et un musicien, in situ

Accompagné d'un musicien improvisant en fonction de l'environnement immédiat, un danseur de claquettes costumé exécute un rituel quotidien de performances imprévisibles, traversant des lieux urbains ou ruraux sur différents parcours, pour des périodes de 90 à 120 minutes. Cette initiative de Bill Coleman explore le mouvement, la performance, l’environnement et la perception, célébrant du même coup quarante ans de création dans des lieux rares et exceptionnels, au moyen de sa propre technique basée sur l’exploration des mouvements profonds.


Voyager à pied a longtemps été le mode de déplacement préféré des ménestrels et des vagabonds... mais aussi du flâneur : le mot "flâneur" vient du vieux-norrois "flana", qui signifie « errer sans objet » : un piéton sans but, libéré de toute responsabilité ou sentiment d’urgence. Faisant l’hypothèse qu’on laisse autant de soi-même que possible, partout où l’on passe, Le Flâneur délaisse les nouveaux médias comme moyen de connexion — s’appuyant plutôt sur la présence directe, pour construire différentes rencontres spontanées.


Bill Coleman évoque la fatigue d’usure liée à l’escalade et la marche en montagne ou aux explorateurs d’autrefois, les années de voyages exténuants qui usent et affaiblissent le corps d’une manière très profonde — une usure très similaire à celle qui afflige un corps qui a dansé plus de vingt ans. Chaque jour, danser jusqu’à l’épuisement. Une usure qui marque les os, les muscles et les tendons, mais aussi la moelle, qui se lit dans le visage, les yeux. Une essence vitale qui semble disparue... pour toujours. De ce voyage, quel qu’il soit, on revient changé. Une partie de soi a cédé — on la perçoit dans le miroir, comme l’ombre d’une part disparue.

Crédits

Chorégraphie et performance — Bill Coleman accompagné d'un musicien

Photos : Wayne Eardley