La disparition des choses // Amélie Rajotte

Description

Année de création : 2022

Durée : 50 min

2 interprètes, 2 musicien·nes sur scène

Issue d’une collaboration avec l’artiste en arts médiatiques Nelly-Ève Rajotte, La disparition des choses fait suite à la pièce performative et installative La possibilité d’une tragédie (Tangente, 2019). Dans une combinaison de la danse, du vidéo et du son en temps réel, l’oeuvre explore l’intrication de l’imagination et de la mémoire dans leur capacité à rappeler aux sens ce qui n’est plus.

Dans une recherche de débris mnémoniques, Amélie Rajotte et Marie-Philippe Santerre recomposent en elles et autour d’elles l’expérience de la nature en son absence. Dans cette quête, les performeuses effleurent, arrachent, brassent, creusent des matières, surfaces et reliefs invisibles. Advient une physicalité qui sculpte « l’en-dedans » du corps et son espace proche. Les mains flairant le vide, les corps se re-dirigent sans cesse à travers l’extension, la torsion, l’équilibre, le déploiement et le recroquevillement. De cette répétition, accumulation et épuisement de gestes, surgit une connexion étrange avec le disparu.

Crédits

Chorégraphie - Amélie Rajotte | Danseuses - Amélie Rajotte et Marie-Philippe Santerre | Performeurs sonores - Stephanie Castonguay et Olivier Landry-Gagnon | Conceptrice vidéo - Nelly-Ève Rajotte | Conseillère à la dramaturgie - Sophie Michaud | Conseillère artistique - Jessica Serli | Éclairages - Stéphane Ménigot | Direction technique et régie son - Samuel Thériault | Costumes - Léonie Blanchet | Direction de production - Maurice-Gaston Du Berger | Producteurs / Coproducteurs - Agora de la danse | Production déléguée - Lorganisme

Soutiens - Conseil des Arts et des Lettres du Québec
Résidences de création - Fabrik Potsdam, Centre des Arts Diane-Dufresne, Circuit-Est Centre chorégraphique, Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal, Recto Verso (Québec), Agora de la danse

 

Photos : Justine Latour